Apprentissage

Nouveau Learning Hub de Glasgow : investir dans les étudiants et leur avenir

Lorsqu’ils ont commencé à imaginer un nouveau learning hub au sein de leur campus bicentenaire, les dirigeants de l’Université de Glasgow savaient qu’il devrait être tourné vers l’avenir et entièrement flexible. Cependant, aucun d’eux n’aurait pu deviner que les événements à venir donneraient une tout autre dimension à leur projet.

Achevé en janvier 2021, au cœur de l’épidémie de Covid, le James McCune Smith Learning Hub (JMSLH) a dû rester presque entièrement vide lorsqu’il a ouvert ses portes. Seuls deux petits groupes d’étudiants pouvaient s’y rendre : ceux inscrits à des cours pratiques impossibles à suivre à distance, et ceux ne possédant aucun espace d’étude adéquat à leur domicile. À l’époque, le JMSLH était un espace caméléon, transformé en environnement d’apprentissage individuel alors qu’il avait été justement conçu pour favoriser un apprentissage actif et collaboratif.

Depuis son ouverture officielle neuf mois plus tard, la flexibilité du bâtiment a été mise à l’épreuve par les jauges imposées, l’évolution de la réglementation en matière de distanciation sociale, le renforcement des protocoles d’hygiène et l’impossibilité d’exploiter les opportunités de collaboration offertes par les différents espaces d’apprentissage. Entretemps, la flexibilité intrinsèque des lieux a été maintes fois démontrée : le bâtiment s’est révélé capable de s’adapter à des exigences et des besoins changeants comme aucun autre établissement sur ce campus ancien. Les espaces du JMSLH ont été affectés à de nouvelles activités et les éléments de mobilier ont été réagencés afin de créer des environnements d’apprentissage formels et informels qui encouragent une participation active.

Ouvrir l'info-bulle de l'image

l’Université de Glasgow. James McCune Smith Learning Hub

Ouvrir l'info-bulle de l'image

l’Université de Glasgow. James McCune Smith Learning Hub

Ouvrir l'info-bulle de l'image

l’Université de Glasgow. James McCune Smith Learning Hub

De nouvelles expériences d’apprentissage

« Pendant trop longtemps, nous avons construit des environnements rigides, explique Karen Lee, directrice de la stratégie, la performance et la transformation. Ce manque de flexibilité empêche de s’adapter à l’évolution des approches pédagogiques. Notre établissement a très bonne réputation et nous n’avons aucun problème de recrutement. Mais ce succès va de pair avec plusieurs défis. Nous savions qu’il fallait repenser la manière d’utiliser notre espace pour continuer de délivrer un apprentissage de qualité. »

« Pour que les étudiants réussissent, il faut qu’ils puissent collaborer. À travers la collaboration, ils renforcent leurs connaissances disciplinaires et acquièrent des compétences clés telles que la communication interculturelle et l’esprit d’équipe. »

« Plus les interactions sont encouragées, meilleurs sont les résultats. Et l’environnement bâti a un rôle crucial à jouer dans les liens qui se créent entre les individus. »

Moira Fischbacher-SmithVice-principale Apprentissage et Enseignement

Conçu pour plus de 2 500 étudiants, le James McCune Smith Learning Hub a été baptisé ainsi en hommage à un diplômé de 1837 né esclave aux États-Unis, qui est devenu la première personne afro-américaine à obtenir un diplôme en médecine. Le JMSLH est un bâtiment emblématique, un environnement créatif combinant des lieux d’étude, d’apprentissage et de socialisation flexibles avec des espaces dédiés à une pluralité de modes d’enseignement et dotés des dernières technologies.

« Au début du projet, nous ne parlions pas du tout du bâtiment, se souvient Moira Fischbacher-Smith. Nous pensions plutôt à l’expérience d’apprentissage dans son ensemble et à l’environnement que nous souhaitions proposer aux utilisateurs. Nous nous sommes concentrés sur la flexibilité des espaces et leur capacité à encourager la collaboration. Nous voulions que les individus puissent passer facilement d’un espace d’apprentissage à un espace d’étude individuelle et inversement. »

« Ce bâtiment était une opportunité de transformer notre manière d’enseigner et de soutenir l’apprentissage. En abordant tous ces sujets, nous avons rapidement abouti à une vision commune. Si le point de départ avait simplement été un projet de construction, nous n’aurions jamais eu ces
conversations. »

Moira Fischbacher-SmithVice-principale Apprentissage et Enseignement

La concrétisation

Avec des objectifs précis en tête, les membres de l’équipe ont voyagé en Europe, aux États-Unis et en Australie afin de s’inspirer d’autres universités innovantes. Steelcase est devenue partenaire du projet, offrant ses connaissances et ses idées dans le domaine du design, du mobilier et de l’équipement.

« L’équipe de Steelcase nous a fait bénéficier de sa propre expertise et nous a mis en contact avec un réseau d’universités partageant notre vision et nos objectifs. »

Moira Fischbacher-SmithVice-principale Apprentissage et Enseignement

« Nous savions ce que nous souhaitions accomplir sur le plan théorique. Steelcase nous a montré comment faire, ajoute Karen Lee. Notre vision est devenue réalité. »

Glasgow’s New Learning Hub: An Investment in Students and their Future 360 magazine

Investir dans les étudiants

Contrairement à d’autres bâtiments du campus, le JMSLH n’a pas vocation à appartenir à un seul département. Il accueille au contraire toutes les disciplines et peut être utilisé pour une large palette d’activités par les étudiants. Afin d’assurer la pertinence et l’attractivité du design, ces derniers ont d’ailleurs été inclus dans le projet.

« Les étudiants n’ont pas besoin qu’on leur dise comment utiliser l’espace, affirme Karen Lee. Ils ne doivent pas attendre la permission de qui que ce soit pour déplacer le mobilier. Ils peuvent s’installer dans la posture de leur choix. Ils se sont tout de suite sentis à l’aise dans cet environnement. »

Compte tenu de la quasi-absence de bureaux dans le bâtiment, étudiants et enseignants interagissent fréquemment et facilement. Ils peuvent prolonger la discussion dans des configurations adjacentes aux salles de classe, prévoir de se retrouver dans l’un des cafés du bâtiment ou encore se croiser par hasard.

« Culturellement, les rencontres sont plus libres et plus égalitaires lorsqu’elles n’ont pas lieu dans un bureau. Les rapports sont moins hiérarchiques, et je pense que c’est important dans la façon de nouer des relations. »

Karen LeeDirectrice de la stratégie, de la performance et de la transformation

Parmi les initiatives étudiantes les plus visibles, on peut citer un service d’assistance mobile appelé « Reach Out ».

« Nous voulions questionner notre manière d’offrir des services et de soutenir les étudiants, témoigne Susan Ashworth, directrice des services d’information. Nous avons donc beaucoup travaillé avec ces derniers. Nous avons appris que lorsqu’ils pouvaient accéder à nos services, ils en étaient très satisfaits. Par contre, ils avaient du mal à comprendre les structures de l’université et à obtenir l’aide dont ils avaient besoin. »

Désormais, au lieu de devoir s’adresser à différents interlocuteurs pour trouver des solutions à leurs problèmes, les étudiants n’ont qu’à chercher l’un de leurs pairs portant un t-shirt « Reach Out ». Munis d’iPads ou de smartphones, ces assistants sont disséminés dans le bâtiment et se tiennent à la disposition de leurs camarades. Ils ont été formés pour pouvoir répondre à la plupart des questions. Initialement développé pour le JMSLH, ce service est actuellement testé dans d’autres bâtiments du campus.

Des salles de classe… et bien plus encore !

Parmi les lieux les plus notables du bâtiment se trouve un amphithéâtre d’une capacité de 500 places. Contrairement à l’agencement des amphis traditionnels, ici, les sièges sont individuels et espacés, et ils pivotent pour permettre aux étudiants de créer facilement de petits groupes de discussion ou de collaboration. De plus, les enseignants peuvent se mêler plus facilement au groupe, ce qui facilite les interactions. Autre avantage clé : les étudiants disposent d’un accès au WiFi et de prises réparties un peu partout dans la salle. Ils peuvent ainsi utiliser leurs propres appareils mobiles, tandis que les enseignants peuvent intégrer de la technologie à leurs présentations (des sondages en direct, par exemple, ou des interventions d’experts via Zoom).

Plusieurs classes spéciales ont été conçues pour encourager l’apprentissage collaboratif assisté par ordinateur. Les tables munies de sièges pour 6-8 étudiants sont équipées d’écrans à l’une de leurs extrémités et de plusieurs prises pour permettre aux étudiants de partager facilement des contenus depuis leur appareil individuel. Mais l’analogique n’a pas pour autant disparu : de nombreux tableaux blancs facilitent la prise de notes tout au long du processus d’idéation.

Les grandes salles sont dotées de différents types de tables et de sièges pour offrir plus de choix de postures aux étudiants, y compris la position debout. Le mobilier étant aisément déplaçable, l’espace peut être utilisé pour un cours traditionnel puis transformé rapidement pour faciliter le travail de groupe.

Cependant, l’attrait du JMSLH ne se limite pas à ses salles de classe modernes.

« Les espaces adjacents aux salles de classe sont aussi importants que les classes elles-mêmes : ils sont à l’intersection de l’enseignement traditionnel et de l’apprentissage informel. Ils permettent aux enseignants et aux étudiants de prolonger la discussion. »

Karen LeeDirectrice de la stratégie, de la performance et de la transformation

« Il y a toujours du monde dans le bâtiment. Il y règne une grande effervescence. Je suis toujours émue de voir autant d’étudiants utiliser les espaces comme nous l’avions prévu, se réjouit Susan Ashworth. J’espère que ces usages auront un impact significatif sur leur expérience et qu’ils verront à quel point l’université a tenu compte de leurs besoins et de leurs aspirations lors de la conception du bâtiment. »

Glasgow’s New Learning Hub: An Investment in Students and their Future 360 magazine

Une référence en matière d’espaces d’apprentissage

L’impact positif du JMSLH dépasse désormais l’enceinte du lieu : l’équipe projet étudie la possibilité d’étendre certains concepts à d’autres bâtiments afin de créer davantage de flexibilité à travers le campus.

« James McCune Smith ne compte que 22 salles de classe : la majeure partie de notre enseignement a lieu ailleurs. Nous devons passer au niveau supérieur pour instaurer la collaboration active dans tous les espaces, observe Karen Lee. Nous prenons donc ce nouveau bâtiment pour modèle afin de reproduire ses espaces d’apprentissage ailleurs sur le campus. »

Laissez un commentaire

Histoires similaires

E-sport : votre campus est-il prêt ?

E-sport : votre campus est-il prêt ?

Il est temps d’imaginer des espaces adaptés à l’e-sport.

Sport électronique : créer des espaces attractifs

Sport électronique : créer des espaces attractifs

Le monde de l’e-sport gagne en importance. Savoir jouer permet d’acquérir des compétences utiles qui vont au-delà du jeu.

Quand tradition rime avec modernité

Quand tradition rime avec modernité

L’Université de Glasgow mise sur l’innovation pour apprendre, travailler et vivre ensemble.