L’espace de travail post-COVID

Quel est l’impact de l’espace sur le travail ?

Quel avenir pour les espaces de travail ? Le point de vue d’Alfonso Jiménez

bio-alfonso-jimenez

« Nous sommes des êtres sociaux, et une partie non négligeable de nos interactions sociales se produit au bureau. Nous avons besoin de partager, de voir et de sentir ; nous avons besoin de contacts », explique Alfonso Jiménez, fondateur et membre honorifique de l’entreprise de conseil espagnole PeopleMatters et fondateur et PDG de Recruiting Erasmus. Nous avons demandé à Alfonso Jiménez, comme à d’autres chefs d’entreprise dans différents pays, comment il envisageait l’avenir des espaces de travail. Selon lui, les interactions en face à face sont irremplaçables car elles permettent de renforcer la confiance mutuelle et de créer des liens forts.

Après avoir travaillé à distance pendant plusieurs mois, les employés recherchent des espaces où se réunir pour échanger et collaborer. Dans ce contexte, le principal objectif du bureau sera de rapprocher les individus et de leur offrir un environnement collaboratif propice à l’innovation. Afin de rester compétitives, les organisations devront faire preuve d’une grande capacité d’adaptation.

Chaque crise recèle des opportunités

360º : En quoi le Covid a-t-il changé votre perspective sur l’avenir de votre organisation et de votre secteur d’activité ?

Alfonso Jiménez :

L’activité de conseil a été durement touchée par la pandémie. En effet, le secteur est particulièrement vulnérable en cas de ralentissement économique. J’ai connu plusieurs crises ces 30 dernières années, mais la situation actuelle est véritablement inédite dans la mesure où elle était totalement imprévisible et où son impact a été immédiat.

Nous avons également été surpris par la difficulté à communiquer avec les clients, et nous avons dû apprendre à nous accommoder des distances. Il est clair que ces nouveaux modes de fonctionnement seront amenés à perdurer. C’est pourquoi nous avons adapté notre offre de services à ce nouveau contexte, les webinaires remplaçant les réunions physiques.

La fin du statu quo

360º : D’après vous, quelles tendances deviendront la norme et transformeront la manière dont vous travaillez ?

AJ :

Nos clients auront davantage recours au télétravail. Avant la pandémie, moins de 5 % des 19 millions d’employés du pays travaillaient à domicile. Je pense que ce chiffre atteindra 15 % dans un avenir proche. Par ailleurs, l’activité de conseil des commerciaux évoluera : les échanges virtuels augmenteront, tandis que les déplacements diminueront.

Les trois piliers de la compétitivité – individus, entreprises et espace de travail – subiront une transformation. Les entreprises devront repenser leur modèle économique afin de tirer le meilleur parti de ces trois piliers. Les individus auront un rôle plus important à jouer, à l’instar de la technologie – il deviendra difficile de se passer des outils les plus modernes. Enfin, les espaces de travail deviendront des environnements plus collaboratifs, et ils incluront désormais le domicile des collaborateurs.

« Nous sommes concernés par la transformation des trois piliers de la compétitivité : les individus, la technologie et l’espace de travail. »

Alfonso Jiménez
fondateur et membre honorifique de PeopleMatters

Le besoin d’interactions

360º : Nous avons beaucoup appris durant cette phase de télétravail intensif. Pourquoi devrions-nous retourner au bureau ?

AJ :

Je ne pense pas que nous passerons au télétravail à plein temps. Si certaines tâches peuvent tout à fait être effectuées à domicile, notamment celles nécessitant de la concentration, la synergie des équipes et la collaboration seront essentielles au sein des futurs espaces de travail. Au cours des derniers mois, nous avons pu mesurer l’importance des interactions en face à face, qu’il s’agisse de réunions, de formations ou de rendez-vous clients. Je pense que notre domicile fera dorénavant partie de notre palette d’espaces, mais il ne remplacera pas le bureau.

Une diversité d’espaces

360º : Quel est le rôle de l’espace de travail au sein de votre entreprise, et dans quelle mesure contribue-t-il à la réalisation de vos objectifs ?

AJ :

L’espace joue un rôle clé dans la réussite de notre activité, car c’est le lieu où nos équipes peuvent se retrouver. Nous effectuons beaucoup de tâches dans cet environnement commun, mais consacrons aussi une grande partie de notre temps aux visites clients. À l’avenir, nous assisterons à une diversification des espaces de travail. Le temps passé au bureau diminuera légèrement, tout comme la proportion de rendez-vous chez le client. À l’inverse, le télétravail progressera. Je pense que nous passerons d’un modèle 80-20 (80 % au bureau et 20 % chez le client) à un modèle 50-30-20 (50 % au bureau, 30 % à domicile et 20 % chez le client).

Alfonso Jiménez est fondateur et membre honorifique de PeopleMatters. Il est également fondateur et PDG de Recruiting Erasmus, membre du Conseil d’administration d’AED et enseignant dans plusieurs écoles de commerce. Il est titulaire d’un doctorat en psychologie.

Laissez un commentaire

Histoires similaires

15 raisons de retourner au bureau

15 raisons de retourner au bureau

Les espaces de travail stimulent l’innovation et la croissance, renforcent la culture et le sentiment d’appartenance à l’entreprise, tout en offrant aux employés les outils dont ils ont besoin pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Disposer d’un espace où tous les collaborateurs peuvent se retrouver présente une multitude d’avantages.

Comprendre la transmission des virus au travail

Comprendre la transmission des virus au travail

Le docteur Lydia Bourouiba, directrice du laboratoire de recherche du MIT sur la dynamique des fluides, raconte comment elle et son équipe contribuent à la lutte contre la transmission des maladies au sein des espaces de travail.

Espaces de travail : un changement de culture

Espaces de travail : un changement de culture

Michael Schmutzer nous livre ses réflexions sur l’avenir des espaces de travail et sur la résilience des open spaces pendant la pandémie de Covid-19.