Espaces informels

Pourquoi les employés boudent-ils les espaces « tendance » ?

De nos jours, dans les entreprises du monde entier, les rangées de box individuels, les bureaux privés et les salles de réunion classiques, si souvent critiqués, semblent céder la place à de nouveaux aménagements s’inspirant davantage des cafés ou des hôtels. Ainsi, on trouve aujourd’hui des barmans et des baristas dans les espaces de travail, tout comme des sofas bien douillets, des tables artisanales ou encore des chaises dépareillées. Ces nouvelles configurations portent des noms différents d’une organisation à l’autre, mais toutes ont le même objectif : attirer les meilleurs talents en leur offrant un environnement de travail à l’atmosphère informelle et branchée. Cette approche, qui rompt avec les codes habituels des grandes entreprises, vise à promouvoir la créativité et à insuffler un peu d’humanité à la culture des organisations et aux processus de travail.

Seul problème : ces nouveaux espaces sont souvent boudés par les collaborateurs.

Nous avons beau déplorer la monotonie des environnements traditionnels, force est de constater que les alternatives les plus « tendance » n’ont guère plus de succès. D’après nos études, lorsqu’ils ont le choix entre des fauteuils ou canapés de type résidentiel et des bureaux et sièges de travail conventionnels, les individus préfèrent généralement la seconde option (voir « Repenser les espaces de travail »).

Reste à comprendre pourquoi.

La réponse est très simple : les employés se rendent au bureau pour travailler, pas pour jouer au ping-pong. La volonté d’introduire un peu de fantaisie dans l’entreprise est louable, mais elle ne doit pas nuire à la productivité. C’est la raison pour laquelle les collaborateurs privilégient systématiquement les espaces les plus fonctionnels, même s’ils ne sont pas insensibles à l’esthétique « café ». Le mobilier conçu pour regarder la télévision ou se plonger dans un roman ne présente pas les mêmes caractéristiques que celui spécialement pensé pour le travail sur ordinateur ou la collaboration. De même, s’asseoir sur un pouf au ras du sol, loin de stimuler la créativité, a tendance à étouffer les idées.

Doit-on alors se satisfaire de nos anciens bureaux austères et grisâtres ? Nous ne le croyons pas. Il est tout à fait possible d’imaginer des espaces de travail à la fois performants et inspirants, qui permettent aux employés d’être efficaces tout en créant un sentiment d’appartenance à l’entreprise. Néanmoins, cela suppose d’adopter une démarche totalement différente, qui tienne compte non seulement des divers types d’espaces dont les individus ont besoin, mais aussi de la manière dont ces espaces contribuent à leur bien-être.

Laissez un commentaire

Histoires similaires

A nouveau ensemble : l’avenir des espaces partagés au bureau

A nouveau ensemble : l’avenir des espaces partagés au bureau

Cet article fait partie de notre série de mises à jour du guide Steelcase « Prochaines étapes : l’espace de travail post-COVID. »

Orangebox, à l’écoute des tendances

Orangebox, à l’écoute des tendances

Orangebox a été créé à l’été 2002 – six ans après le lancement de l’IBM Simon, premier smartphone de l’histoire – dans le village d’Hengoed, en Galles du Sud, bien loin de l’effervescence de la Silicon Valley, qui voyait émerger à l’époque des modes de travail innovants.

Little

Little

Lorsque Little Diversified Architectural Consulting, un cabinet d’architecture et de design international basé à Washington D.C., a eu l’opportunité d’agrandir ses bureaux de 100 mètres carrés après le départ d’une entreprise voisine, la direction a vite compris que le gain de place n’était pas là l’unique enjeu.