Education

Pronostic positif pour les chambres d’hôpital


Jenny. Lorsqu’elle a donné naissance à son deuxième enfant il y a quelques mois, Jenny était aux anges, mais aussi absolument exténuée. Certes, la nouvelle politique de la maternité a permis au petit Carson de rester dans la chambre avec sa maman, mais entre le moniteur qui le réveillait sans cesse et les visites de la famille venue faire la connaissance du nouveau-né, Jenny n’a pu se reposer une seconde.

Meredith. Au chevet de sa mère atteinte d’un cancer, Meredith vivait pratiquement jour et nuit à l’hôpital. Elle a mis sa vie personnelle et professionnelle en suspens : moins de temps avec son mari, avec son chien et au travail. Mais elle n’avait pas anticipé les compromis à faire dans la chambre d’hôpital de sa mère pour garder un semblant de normalité.

Ansley. Infirmière dans un service d’orthopédie, Ansley encourage continuellement ses patients à bouger. Et si elle aime leur parler les yeux dans les yeux, il n’est pas toujours facile de se frayer un chemin parmi les déambulateurs et les fauteuils roulants, voire d’arriver jusqu’à leur lit, ou encore de trouver une chaise pour elle-même.


LEs CHAMBREs D’HÔPITAL

Les chambres d’hôpital, souvent surchargées et mal agencées, connaissent enfin une révolution. La prochaine génération de chambres intégrera des outils technologiques pour le patient et sa famille tels que des outils de communication et de partage des données médicales.

Les raisons du changement :

  1. Le boom de l’immobilier hospitalier de ces dernières années, associé aux travaux de rénovation des installations existantes, a fait émerger des milliers de nouvelles chambres.
  2. La prévention des erreurs médicales, des infections et des blessures chez les personnels hospitaliers pousse à mettre à disposition des patients des chambres plus sécurisées et plus efficaces.
  3. Des nouvelles lois sur la santé relient directement les résultats des traitements et les taux de satisfaction aux niveaux de remboursement, de sorte que chaque mètre carré doit être rentable.
  4. Les actes de médecine ambulatoire étant de plus en plus pratiqués et complexes, les patients admis à l’hôpital montrent des symptômes plus graves. L’espace à disposition doit donc être en mesure de répondre à des besoins de soins importants.
  5. Des années de recherche confirment l’importance du rôle de la chambre d’hôpital dans les résultats des traitements. Largement négligées, ces recherches transforment pourtant littéralement la conception de ces espaces.

Tirer parti du corpus de recherches

Des universités aux conseils d’administration des hôpitaux, en passant par les sociétés de conseil en innovation et les fabricants d’équipements et de mobiliers, la chambre d’hôpital du futur a fait l’objet de nombreuses recherches. Architectes, designers, médecins hospitaliers et patients ont intuitivement compris l’impact de l’espace sur la guérison. Aujourd’hui, plusieurs études montrent que les chambres bien conçues conduisent souvent à une augmentation des taux de satisfaction des patients, à moins d’accidents, à des taux d’infection plus faibles, à des séjours plus courts et même à une diminution des prises de médicaments contre la douleur. De simple théorie, ce champ de la recherche a atteint un tournant et s’est invité dans les concepts et pratiques de design traditionnels.

« Les chambres d’hôpital ne se limitent plus à un lit et du matériel médical, explique Michelle Ossmann, directrice des environnements de soins chez Steelcase. La chambre doit répondre aux besoins du patient, des familles et des équipes soignantes. Lorsque vous intégrez des principes de design basés sur des travaux de recherche et que vous créez un véritable espace axé sur l’individu, tout le monde en profite. »

13-0004414


La sécurité avant tout

Selon les Centres de prévention et de contrôle des maladies, les erreurs médicales et les infections nosocomiales font partie des principales causes de décès aux États-Unis où un patient sur 20 développe une infection à l’hôpital. Ce qui représente un coût de plus de 10 milliards de dollars par an. L’Europe n’est pas épargnée par ce fléau : un patient sur 19 contracte une infection à l’hôpital, soit l’équivalent d’environ 3,2 millions de patients par an, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

La transmission des germes se fait par les mains du personnel soignant ou les dispositifs médicaux. La conception d’espaces peut accompagner les processus de contrôle des infections :

  • par la création d’une zone pour les soignants à l’entrée de chaque chambre avec un lavabo et une solution hydro-alcoolique afin de renforcer l’importance du lavage des mains.
  • par l’utilisation de matériaux et de surfaces faciles à nettoyer et à entretenir – des revêtements haute performance aux caissons haute résistance.

Mais la sécurité ne s’arrête pas au lavage des mains et à la propreté des surfaces. La prévention des chutes est aussi une priorité. Il est donc primordial d’assurer aux patients un accès facile à la salle de bains de même qu’une utilisation indépendante et aisée des fauteuils inclinables. Les chutes constituent l’événement indésirable le plus fréquent dans les hôpitaux à travers le monde. Selon un rapport, environ 3 à 20 % des patients tombent au moins une fois au cours de leur séjour.

L’Agency for Healthcare Research and Quality (Agence pour la recherche et la qualité des soins) a montré en 2013 que chaque année aux États-Unis, entre 700 000 et 1 million de personnes faisaient une chute à l’hôpital, dont un tiers auraient pu être évitées. Près de la moitié des victimes souffrent de contusions ou de fractures. La création d’environnements centrés sur l’humain peut aider à encourager la mobilité des patients et supprimer les obstacles potentiels pour une utilisation de l’espace en toute sécurité.

La question de la protection de la santé du personnel soignant est également soulevée. Un rapport de l’Organisation mondiale de la santé indique que 37 % des problèmes de dos sont liés au travail et que le personnel de santé est plus susceptible d’en souffrir. En effet, des études menées récemment par le Département du travail américain montrent que les aides-soignants sont à peu près trois fois plus nombreux à souffrir de problèmes de dos que toute autre profession. Soumis quotidiennement et de façon répétée au port de charges lourdes lié à la manutention des malades, ils travaillent dans des positions inconfortables. Il a été prouvé que les chambres conçues de façon à permettre au personnel d’accéder facilement aux patients et d’utiliser des solutions de levage, en évitant ainsi d’adopter des postures potentiellement dangereuses, réduisaient la fréquence des blessures au dos.

15-0008228


Une chambre multifonctionnelle

Pour les patients, une chambre tient lieu d’espace de guérison, de salle à manger et de chambre à coucher. Pour les soignants, c’est un espace de travail où s’effectue toute une série de procédures. Pour les membres de la famille, une salle de séjour, et parfois même une chambre ou un bureau. Les exigences sont nombreuses quant à leur facilité d’utilisation et créent des tensions inhérentes à la diversité des occupants. La multifonctionnalité doit donc être le maître mot dans un lieu où chaque mètre carré compte – la superficie moyenne d’une chambre est d’environ 28 m2.

Jenny, qui a donné naissance il y a quelques mois à son deuxième enfant – un garçon – vous le dira. Après un accouchement difficile, elle aurait aimé que la chambre soit mieux aménagée. Notamment pour accueillir une personne supplémentaire, le petit Carson. Le moniteur fixé au mur a vite été encombrant. À chaque fois que le clavier touchait la porte de la salle de bains, le moniteur s’allumait et réveillait le bébé. Pas étonnant qu’elle ait souffert d’un manque de sommeil. « Je ne pouvais pas recharger mon téléphone, je ne pouvais pas atteindre la bouteille d’eau sur la table, et je ne savais pas où étaient mes affaires. J’avais l’impression de ne rien contrôler. » La chambre était pour le moins peu adaptée au repos.

En concevant des chambres propices à la guérison et au repos, avec tout le confort moderne, les perspectives des patients en matière de soins s’améliorent et les expériences de l’ordre de celle vécue par Jenny se produisent moins souvent.

15-0006467


Encourager les échanges didactiques

Il n’y a pas plus anxiogène qu’un grave problème de santé. C’est pourquoi l’information du patient est essentielle pour diminuer son niveau d’anxiété. Les échanges fructueux existent entre les patients, les soignants et les familles, mais pas toujours simultanément. Il est donc important de s’attarder sur les éléments qui favorisent la communication dans l’espace à disposition.

Les soignants, les patients et les familles sont demandeurs d’une communication plus personnelle, privée et fréquente. L’environnement physique peut influer sur la qualité de ces interactions. Un soignant qui a l’habitude d’informer les patients et leurs familles sur les procédures de radiologie déclarait récemment que toutes les chambres de l’hôpital où il travaille n’avaient pas encore été réaménagées. « 85 % du temps, je dois rester debout pour parler aux patients. Et dans les anciennes chambres, lorsqu’il y a une chaise, impossible de la placer à côté des patients pour leur parler les yeux dans les yeux. »

Meredith, qui a perdu sa mère atteinte d’un cancer quelques semaines après son entrée à l’hôpital, exprime des griefs similaires : « L’endroit n’était pas adapté pour parler aux médecins, dit-elle. Ils voulaient me tenir au courant de l’état de maman mais je ne voulais pas la déranger pendant qu’elle se reposait. Nous devions donc aller dans le couloir où bien sûr, il n’y a aucune intimité. J’aurais aimé que la chambre soit plus apaisante. Cela m’aurait permis de penser plus sereinement aux questions que je voulais poser. ».

Les chambres nouvellement aménagées créent un sentiment d’espace partagé qui favorise la transparence sur l’état du patient et le traitement. Le design peut créer de multiples canaux de communication et possibilités pour rendre l’information importante accessible à tous.

L’installation de tableaux blancs permet de communiquer les constantes, les changements de personnel et les numéros de téléphone des médecins. Mais aussi aux soignants d’expliquer la situation aux patients et aux familles à l’aide de schémas, d’informations visuelles.

Des chaises confortables, que l’on peut déplacer facilement, donneront la possibilité aux médecins et aux visiteurs d’interagir plus naturellement avec les patients.

Lorsque l’on conçoit des chambres où règne une atmosphère apaisante, où existe tout le confort moderne, les perspectives de traitement s’en trouvent améliorées.

Certains hôpitaux commencent à expérimenter les tablettes et applications pour communiquer avec les patients et partager des informations sur leur état, les médicaments et les résultats d’analyses. Un moyen de susciter ainsi l’échange, les questions.

14-0002028


Appréhender les besoins des familles

Kate, qui a été soignée dans trois hôpitaux différents et a subi huit interventions chirurgicales dans les 15 derniers mois, s’exprime sans détour : « Vous avez envie que votre famille soit à vos côtés tout le temps. Vous n’êtes pas dans un état d’esprit qui vous permet de poser des questions, et de tout retenir. Vous avez besoin d’un soutien. ». Il a fallu qu’elle et sa famille s’organisent pour trouver des moyens de contourner le problème. « Mon frère et ma sœur, les pauvres, devaient aller travailler, prendre soin de moi, parler aux médecins. Je sais que ça n’a pas été facile. ».

Les amis et la famille ont envie d’être présents pendant le séjour de leur proche à l’hôpital. Mais trop souvent, la chambre devient vite exiguë car elle n’est pas adaptée à accueillir de nombreuses personnes à la fois. Y passer la nuit est impossible. Et elle n’est pas conçue pour favoriser l’autonomie la plus basique.

Les hôpitaux modernes ont compris que la thérapie s’adresse aussi aux membres de la famille, fatigués.


Choix, contrôle et confort

L’hospitalisation est une épreuve pour les patients et leurs familles, que ce soit au niveau physique, cognitif ou émotionnel. Le sentiment de vulnérabilité qu’elle crée s’intensifie et engendre un besoin de contrôle personnel, de confort – des facteurs essentiels dans le processus de guérison. La conception novatrice de ces espaces donne naissance à des chambres moins institutionnelles et plus personnalisables pour accompagner les patients dans cette expérience.

Aujourd’hui, de nombreuses chambres sont équipées de télécommandes individuelles pour régler la lumière et la température, en plus des télécommandes traditionnelles pour le lit et la télévision. Un hôpital teste d’ailleurs actuellement des ampoules LED de couleur. Les patients peuvent ainsi ajouter une touche visuelle à leur chambre. Certains hôpitaux vont même jusqu’à permettre aux patients de choisir leur menu et les heures des repas.

« Ce qu’il y avait de mieux dans la chambre où était soignée ma mère, c’était l’éclairage, confie le proche d’une patiente. Il y avait beaucoup de lumière naturelle, ce qui est particulièrement agréable. Mais nous pouvions surtout contrôler l’éclairage de la chambre, en différents endroits. Pendant que ma mère dormait par exemple, je pouvais garder une source de lumière près de moi pour lire. »


DES CHAMBRES DE NOUVELLE GÉNÉRATION

Pendant plus de 70 ans, le design des chambres d’hôpital n’a pas vraiment évolué. Les progrès médicaux, les avancées technologiques ont quelque peu éclipsé les questions d’efficacité, de confort et de sécurité de l’espace. Heureusement, une approche centrée sur l’humain influence aujourd’hui la conception des chambres — elle met l’accent sur les besoins des patients, du personnel soignant et des familles.

Les applications ci-dessous sont des pistes de réflexion sur les besoins « inboard » et « outboard » des chambres des patients.


La chambre d’hôpital « inboard »

Un espace où tout est à portée de main, où les familles se sentent bien et plus impliquées, et dans lequel le personnel soignant peut circuler librement et communiquer efficacement avec le patient. Un tel aménagement augmente la qualité des interactions.

1. The Sieste® sleeper sofa and table allows family members to carry on with their daily activities like work while remaining in the room so they can provide comfort and advocate for the patient. The table allows note-taking, fostering collaboration with the clinician and patient, while the sleeper sofa easily converts to a bed, allowing visitors to sit, lounge or sleep in comfort.

  1. Le canapé convertible et la table de la gamme Sieste permet aux membres de la famille de continuer leurs activités et travailler tout en restant disponible pour apporter confort et soutien au patient. La table permet la prise de notes ainsi qu’une collaboration avec les soignants et le patient. Convertible en lit, le canapé permet également aux visiteurs de s’asseoir et se reposer en tout confort.

2. A combination of open and closed compact storage allows patients to keep items secure, and also display flowers, cards and photos to personalize the space. 3. With a large, high-definition monitor, clinicians can quickly engage with patients and family members by displaying health information or videoconferencing with a specialist or family member. 4. Whiteboards convey staff changes and contact numbers for clinicians. They also provide a place for clinicians to sketch and visualize information for patients and families. 5. PocketTM, a mobile clinician workstation, enables clinicians to engage in face to face communication while documenting in the patient’s chart, all while holding technology in a tight footprint.

  1. L’association de rangements ouverts et fermés permet aux patients de garder leurs effets personnels à l’abri, de poser des bouquets de fleurs, des cartes et des photos pour personnaliser l’espace.
  2. Grâce à un moniteur de grande taille et haute définition, les professionnels de santé peuvent rapidement communiquer avec les patients et leurs familles en affichant à l’écran les données médicales ou en organisant des vidéoconférences avec un spécialiste ou un membre de la famille.
  3. Des tableaux blancs indiquent les changements de personnel et les numéros de téléphone des médecins. Ils permettent aussi aux soignants d’expliquer la situation aux patients et aux familles par des schémas, des informations visuelles.
  4. Pocket™, le poste de travail mobile, pour un encombrement minimum, à l’attention du personnel soignant, permet à ce dernier de communiquer en face à face tout en consignant les informations dans le dossier du patient.

La chambre d’hôpital « outboard »

Les soignants ont suffisamment d’espace pour circuler autour du lit, effectuer les soins dans les meilleures conditions possibles, et communiquer avec les patients et leurs familles. Dégagé du passage, un petit coin tranquille invite les visiteurs à vaquer à leurs occupations tout en restant proches du patient.

1. The overbed table does double duty and acts as a consultative space.

  1. La table de lit sert également d’espace de consultation.

2. Empath recliners, featuring breakthrough design features including safe, easy and quick cleaning upholstery and pass-through design that avoids trapping liquids and debris, provides versatile seating, encouraging family members to stay in comfort.

  1. Des fauteuils inclinables au design révolutionnaire signés Empath : revêtement antidérapant, facile et rapide à nettoyer, dossier et assise séparés, réglage multipositions, pour le confort maximal des visiteurs.

Histoires similaires

Hochschule München Steelcase Creative Hall

Hochschule München Steelcase Creative Hall

L’université de sciences appliquées de Munich a développé avec Steelcase un nouvel espace innovant pour son Strascheg Center for Entrepreneurship. Les professeurs Klaus Kreulich et Peter Dürr témoignent.

Éducation et espace de
travail : six tendances initiées par la génération Z

Éducation et espace de
travail : six tendances initiées par la génération Z

Les membres de la génération Z, qui ont grandi avec les technologies les plus performantes, sont plus exigeants que leurs aînés vis-à-vis des espaces d’apprentissage et des espaces de travail. Six tendances illustrent cette évolution.