Une courbe d’apprentissage moderne

Plus l'apprentissage devient collaboratif, et plus il faut d'espaces adaptés aux tâches de concentration individuelles.

Aider les étudiants à se concentrer

Je suis enseignante à l’université et mes étudiants me demandent souvent des conseils pour réussir dans ma matière.

C’est une question que les professeurs entendent fréquemment et notre réponse est presque toujours la même : apprenez à gérer votre temps, prenez correctement des notes en classe et restez concentrés. Cependant, la concentration nécessite un espace propice à cette activité qui n’est pas toujours facile à trouver.

Plusieurs raisons expliquent cette pénurie. Les méthodes d’apprentissage actif nécessitent davantage de collaboration et plus d’espaces pour les interactions entre les individus. Désormais, les bibliothèques ne sont plus des entrepôts de livres où le silence est la règle, mais des espaces de travail adaptés aux projets d’équipes. L’espace immobilier disponible est limité et partout des restrictions budgétaires sont mises en place. En outre, la vie moderne est de plus en plus agitée, principalement en raison de l’omniprésence des nouvelles technologies.

Un point important à signaler ici : l’apprentissage actif n’exclut pas le travail individuel, dans le calme. En réalité, plus l’apprentissage devient collaboratif, et plus il faut d’espaces adaptés aux tâches de concentration individuelles.

Dans toutes les salles de classe, les enseignants et les étudiants ont maille à partir avec le bruit. Les établissements bruyants empêchent certes les individus de se concentrer, mais ce n’est là qu’un des préjudices causés. Comme le fait remarquer la chercheuse Arline L. Bronzaft : « Le bruit est non seulement néfaste pour le développement intellectuel des enfants, mais aussi pour leur bienêtre général. ». Et d’autres recherches confirment l’importance de l’isolation acoustique dans les espaces d’apprentissage.

Les bâtiments, les salles de classe et le mobilier capables de prendre en charge la concentration des individus doivent être largement intégrés dans la conception des établissements scolaires.

Voici quelques stratégies de conception, qui sont le fruit de nos recherches et qui peuvent favoriser la concentration individuelle dans les environnements d’apprentissage :

Fournir tout un éventail d’espaces pour prendre en charge divers styles d’apprentissage et pédagogies.

Les professeurs qui bénéficient de salles de classe reconfigurables peuvent enseigner avec plus de créativité et proposer plus de solutions pour impliquer les étudiants en classe.

Par exemple, une salle de classe qui permet la collaboration peut être facilement réagencée en salle d’examen. Les tables mobiles avec des panneaux amovibles peuvent aider les étudiants à passer du travail individuel aux cours magistraux, à un travail en groupe, etc. Les bibliothèques peuvent inclure des espaces d’apprentissage propices aux interactions sociales, à la collaboration et à la concentration.

Reconnaître le besoin en espaces ouverts,fermés et protégés.

Les espaces ouverts (studios, salles d’étude, etc.) n’offrent aux étudiants que peu de maîtrise sur leur espace. Leur capacité de concentration dépend de la densité des lieux, du niveau de bruit, des protocoles mis en œuvre et d’autres facteurs.

Les espaces protégés permettent aux étudiants de travailler seuls, tout en restant connectés à leurs camarades. Ils peuvent toujours porter des écouteurs, ils ont néanmoins conscience de la présence des autres. Parmi les espaces protégés, on peut citer une zone fermée dans un coin de la salle de classe, équipée d’écrans de séparation bas, ou une niche à l’intérieur ou juste à l’extérieur de la salle de classe.

Les espaces fermés sont destinés à la réflexion, au repos et à l’étude : il s’agit de salles privées, d’espaces de travail individuels, avec des écrans de séparation, et de petites enclaves pour aider les étudiants à se concentrer.

Prendre en charge une diversité de postures.

Nous avons tous connu la désagréable expérience de travailler dans des isoloirs. Comme chacun le sait, un bureau fixe et une chaise dure peuvent vite devenir inconfortables. À l’inverse, il convient d’imaginer des espaces où les étudiants puissent changer de posture, s’asseoir, rester de bout, se pencher, etc. Le mouvement et les changements de posture peuvent aider les étudiants à rester dynamiques, à se concentrer et à s’impliquer davantage dans le processus d’apprentissage.

Les enseignants aussi peuvent encourager le travail de concentration, dans le calme. Intégrez à vos programmes d’apprentissage des activités qui nécessitent de la concentration. Aidez les étudiants à comprendre les pièges du travail multitâche et les bénéfices qu’ils tireront à éteindre leurs smartphones pendant un travail de concentration.

Offrez à vos étudiants le cadre idéal pour réussir, grâce à toute une gamme d’espaces qui prennent en charge les différents modes d’apprentissage,
notamment le travail dans le calme et la concentration.

Lennie Scott-Webber, Ph.D.,
responsable des environnements de Steelcase Enseignement et Formation
J’ai passé des années dans la recherche sur les environnements éducatifs et j’ai eu un aperçu d’une multitude de salles de classe, de l’intérieur. Ma vocation est d’aider les personnes à comprendre les comportements qui sont générés par différents environnements et à créer des salles de classe qui favorisent réellement de nouveaux modes d’enseignement et d’apprentissage. Envoyez vos suggestions, questions ou commentaires à l’adresse: lscottwe@steelcase.com